Les Effets de la caféine

 

 

Les effets de la caféine

 

 

 

La caféine est-elle bonne pour la santé ?

 

 

 

 

 

 

 Les effets de la caféine sur le cerveau

 

Les effets sur l’organisme

 

La caféine et la maladie de Parkinson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction

 

 

 

Il est connu que la caféine stimule et excite l’être humain. Par exemple, les joueurs de hockey professionnels prennent souvent des cachets de caféine quelques minutes avant les matchs pour accroître leurs performances durant les parties.

 

De plus, rares sont les personnes qui ne consomment pas du tout de caféine.

Que ce soit par le chocolat, les boissons gazeuses, les cafés ou bien les boissons énergisantes, la caféine est omniprésente dans nos vies. Mais quels effets provoque-t-elle sur l’être humain ?

 

 

 

 

I.Effet de la caféine sur le cerveau

           Comme l'alcool et la nicotine, la caféine traverse facilement la barrière hémato-encéphalique qui sépare la circulation sanguine du cerveau du reste du corps. Une fois dans le cerveau, elle agit principalement comme antagoniste des récepteurs à adénosine, c'est-à-dire en les bloquant. L’effet stimulant du café lui vient en grande partie de son action sur nos récepteurs membranaires à l’adénosine. L’adénosine est un neuromodulateur du système nerveux central qui baisse l'activité nerveuse et ralentit la fréquence cardiaque.

 

Un neuromédiateur est une substance chimique libérée par un neurone au niveau d'une synapse, qui modifie, de manière spécifique, l'activité d'une autre cellule. Pour qu'une molécule soit considérée comme un neuromédiateur, elle doit :

1) être synthétisée par le neurone.

2) être présente dans la terminaison présynaptique .

3) être libérée en quantité suffisante pour exercer une action sur l'élément postsynaptique.

4) être inactivée de manière spécifique.

  


Molécules de l’adénosine et de la caféine.

 

 


La  molécule de caféine, a une structure similaire à l'adénosine (photos ci-dessus), elle peut donc se fixer aux récepteurs à adénosine se trouvant à la surface des cellules.

 


Quand l’adénosine se fixe sur ses récepteurs, l’activité nerveuse est ralentie et nous devenons somnolents. L’adénosine facilite donc le sommeil et dilate aussi les vaisseaux sanguins, probablement pour assurer une bonne oxygénation lorsque nous dormons.

 

La caféine est un antagoniste des récepteurs à l'adénosine. Cela veut dire qu’elle se fixe sur les mêmes récepteurs, mais sans les activer, empêchant du coup l'adénosine d'agir. Il y a donc moins de récepteurs de disponibles pour le frein naturel qu’est l’adénosine, ce qui mène à une activation des neurones et donc, un éveil.

 

L'adénosine est présente dans l'ensemble du corps, molécule indispensable à la synthèse de l'ATP, principale source d'énergie de notre organisme  est un neuromodulateur du système nerveux central qui possède des récepteurs spécifiques. Les concentrations d'adénosine dans le cerveau sont augmentées par différents types de stress métaboliques et permettent de protéger le cerveau en supprimant l'activité neuronale et en augmentant la circulation sanguine. Ainsi la caféine, en neutralisant l'adénosine, a globalement un effet désinhibiteur sur l'activité cérébrale.

 

L'antagonisme de l'adénosine par la caféine provoque l'augmentation de l'activité nerveuse avec la libération d'adrénaline et augmentation des niveaux de dopamine. L'adrénaline est une hormone qui cause plusieurs effets tels que l'augmentation du rythme cardiaque (chronotrope positif), de la contractilité du cœur (inotrope positif), de la pression artérielle, de l'apport de sang aux muscles, la diminution de l'apport de sang aux autres organes (excepté le cerveau) et la libération de glucose par le foie.

Les effets indésirables de la caféine au niveau du système nerveux central, peuvent se traduire par de la nervosité, de l'agitation, des insomnies, des tremblements, et, à concentrations élevées, des convulsions voire un délire. C'est ce que l'on appelle le "caféinisme".

 

 

 

II.Effets sur l'organisme

 

1)     Effets de la caféine :

 

Il est difficile d'établir un lien entre le montant de caféine consommée et les effets précis sur la santé, car la tolérance à la caféine varie beaucoup d'une personne à l'autre. Chez les adultes en bonne santé, une petite quantité de caféine peut avoir des effets positifs tels qu'une vigilance accrue et une plus grande capacité de concentration. Cependant, certaines personnes sont plus sensibles à la caféine. Chez elles, une petite quantité pourrait provoquer de l'insomnie, des maux de tête, de l'irritabilité ou de la nervosité.

Au fil des ans, des chercheurs ont mené de nombreuses recherches sur la caféine et ses effets possibles sur la santé humaine.

 

Au niveau de l'organisme humain, on peut observer que la caféine produit certains effets divers et variés. Elle agit sur plusieurs organes et fonctions de l'organisme :

 

 


Le système digestif :

 

 


A  faible dose (jusqu'à 4 tasses par jour) la caféine facilite la digestion, stimule la secrétion de bile par la vésicule biliaire, stimule la secrétion de suc pancréatique et cus gastrique.Par contre a dose élevées, elle provoque parfois des brûlures d'estomac.

 

Beaucoup de gens éprouvent une sensation brûlante dans leur estomac après avoir bu du café parce que la caféine augmente la sécrétion de l'acide gastrique. Le café, y compris le decaféiné, réduit la pression sur la valve entre l'oesophage et l'estomac de sorte que le contenu fortement acide de l'estomac passe jusqu'à l'oesophage menant à la brûlure d'estomac et à la maladie gastro-oesophagienne de reflux. La caféine ainsi que d’autres substances présentes dans le café stimulent les sécrétions acides de l’estomac, ce qui peut être source d’inconfort chez les personnes présentant des gastrites (inflammation de la muqueuse de l’estomac). Au niveau intestinal, le café augmente les contractions de l’intestin ce qui peut faciliter la progression du bol alimentaire. Prendre un café en fin de repas active la contraction de la vésicule biliaire, ce qui facilite la digestion.

 

 

Le système urinaire :

 

 

La caféine a une action diurétique et provoque une irritation de la vessie. Augmente les pertes en calcium et en magnésium dans l'urine (ce qui peut avoir un impact à long terme sur la santé des os). La caféine  augmente de la fréquence de la miction.

 

Pancréas et foie :

 


 


La caféine provoque une stimulation de la sécrétion de suc pancréatique. La caféine ne provoque pas le cancer du pancréas.

 

La caféine force le foie pour décharger le glycogène dans le jet de sang. Le pancréas répond à l'élévation soudaine du sucre dans le sang en libérant l'insuline, l'hormone qui cause les hydrates de carbone excessifs d'être stockés en tant que graisse. Dans l'envergure d'une heure ou de deux, le résultat est une baisse pointue de sucre dans le sang ayant pour résultat un état de hypoglycémie (diminution du sucre dans le sang).

 

 

 

Le cœur :

 

 


 


Chez les personnes en bonne santé, une consommation normale de café (jusqu’à cinq tasses réparties dans la journée) ne modifie pas, à long terme, les fonctions cardio-vasculaires, le rythme cardiaque ou encore la pression artérielle. Cependant, certaines affections cardiaques conduisent à déconseiller l’usage de café même si rien n’a encore été prouvé. Il se pourrait aussi que le café ait une incidence sur la cholestérolémie (taux de cholestérol dans le sang) mais ceci fait l’objet d’une polémique au sein des chercheurs. Les connaissances actuelles indiquent que seule la consommation d’une grande quantité de café non filtré augmenterait le taux de cholestérol sanguin. De plus, le café augmente l’homocystéine (acide aminé soufré) dans le sang ce qui

augmente les risques cardio-vasculaires, il augmente la pression artérielle chez les personnes dont la tension est déjà élevée.

 

 

 

Appareil respiratoire :



A faible dose (jusqu'à 4 tasses par jour), la caféine dilate les bronches elle est utilisée dans les médicaments contre l'asthme.

 

 

 

 

Cerveau :

 

A faible dose, la caféine contracte les vaisseaux sanguins, d'où ses propriétés d'anti-migraineux. Elle stimule le travail intellectuel et favorise l'éveil.

A des doses élevées de café (plus de 5 tasses par jour):

La caféine provoque des insomnies et des troubles anxieux (nervosité, tremblements).

 

  

 

 

 

 

 

Le rein:


 


La caféine a une action diurétique, c’est à dire qui stimule la sécrétion d’urine et qui a permet donc à l’organisme d’éliminer ses « déchets ».

 

 

Les muscles:

 

La caféine excite le système nerveux central, elle accroît l’endurance en retardant l’apparition de la sensation de fatigue. Elle n’améliore pas les performances physiques mais facilite les activités nécessitant une coordination complexe.

 

Elle stimule donc le système nerveux, en facilitant la libération de neurotransmetteurs tels que l'adrénaline et la noradrénaline.

Les effets de cette stimulation sont nombreux et très intéressants pour les sportifs :

 

-         Amélioration des fonctions respiratoires : les échanges gazeux sont donc améliorés, l'oxygénation des muscles est meilleure, ce qui permet de retarder la fatigue musculaire.

 

-         Augmentation de l'afflux sanguin vers les muscles : l'apport en oxygène et en nutriment est plus important, pendant que l'élimination des déchets est améliorée. L'endurance des muscles est plus grande et la brûlure (provoquée par l'acide lactique) apparaît plus tardivement .

 

-        Libération de glucose par le foie et catabolisme des lipides organiques : gain d'énergie en épargnant le glycogène des muscles, fonte adipeuse.

 

 

2) Précautions

 

 

 

Ni la caféine, ni le café ne font baisser le taux d'alcool dans le sang.

 

Contrairement à une croyance populaire répandue, le fait de prendre un café « fort » ne peut en aucun cas faire baisser le taux d'alcool qui circule dans le sang et modifier ainsi les résultats d'un alcootest. Seul le foie peut débarrasser l'organisme de l'alcool qui a été absorbé, ce qui prend un certain temps...

 

 Grossesse (fœtus)

Du fait que la caféine traverse le placenta et est métabolisée très lentement par le foetus, celui-ci risque d'être mis en contact avec une quantité importante de caféine provenant de la mère. À la suite d'études faites sur des animaux, on a constaté que des doses élevées de caféine provoquent des difformités du squelette notées à la naissance, une croissance retardée du foetus, une réduction de poids à la naissance, une augmentation de mort-nés alors que des doses moins élevées équivalant à seulement à deux tasses de café par jour, peuvent provoquer un retard dans le développement des os. On a rapporté que des effets subtils sur le comportement au niveau du système nerveux ont persisté jusqu'à l'âge adulte chez

 

 

 

 

[//erreur]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site